mercredi 25 mars 2015

Hasan Nasrallah about Netanyahu's victory : Sharon was the last Israeli King

Speech by the Secretary General of Hezbollah, Sayyed Hasan Nasrallah, during the ceremony commemorating the birth of the Prophet (saas) and the Islamic Unity Week - January 25th, 2013


During the Israeli parliamentary elections in 2013, Hassan Nasrallah gave the following speech, which remains current with the recent early elections in Israel which saw another victory of Netanyahu.



Translation : http://www.sayed7asan.blogspot.fr



Transcript :

 
[...]




I have a quick comment on the Israeli elections. In short, the Israeli election results lead to the following conclusions.

If in this world many people do not feel concerned and do not follow closely what is happening in the Zionist entity, we feel for our part concerned with whatever concerns Lebanon and whatever concerns the region. Because the problem is there. The story began there. It began with the creation and establishment of this entity. What happened and what is happening in this region is largely the fault of this entity and for the good of this entity, for its stability and preservation.

I do not want here to make a detailed analysis. I will only state the conclusion. These elections clearly recorded a fall of the ruling and founder parties of this entity – such as the Labour Party and Likud. Their decline is very clear. There is a lack in Israel: there is no strong party leader. This is what Netanyahu was advocating for when he said that Israel needs a strong party to head it. The elections did not give
that entity a strong ruling party. Strong and traditional leaders are lacking direly.

You remember what I said one day? In fact, it is not me who said that. Someone once told me – when Sharon was tyrannizing, intimidating and terrorizing the entire Arab world and the whole region – not to be afraid of Sharon, adding that he will not be able to do anything and that he was the last of Israeli kings. Then I said in one of my speeches that Sharon was the last king of Israel. Obviously he is the last king of Israel. Who has come after Sharon? Who was there?

Certainly, they have agreed on Netanyahu because there was no other choice. There was nobody. For them, this is the best of the current candidates. However, the crisis of confidence towards Netanyahu is obvious.

The absence of strong and founding leaders, the perseverance and progress of fanatical religious parties and the increase of the number of parties and parliamentary blocs undoubtedly complicate the process of decision making.

In general, anything that happened in these elections clearly expresses a leadership crisis in the entity, a party crisis, a crisis of confidence, and, therefore, a crisis of the entity.

However, what should not have deceived us in the past and which should not fool us now or in the future, is the talk about the Right, the Left, the Centre, and the Centre of the Centre and I don’t know what, the Right of the Right, etc. Regarding Jerusalem, regarding Palestine, regarding the rights of the Palestinian people, regarding the Palestinian cause, regarding the Palestinian refugees, regarding the Arab causes and rights, from Golan to Lebanon to the Sinai to Egypt, regarding the Israeli greed, regarding Israel's threats to governments and peoples of the region, the Right, the Left, the Centre or the Centre of the Centre or the Left of the Left are all the same. Moreover, our experience has taught us that most Israeli wars were launched by the Left cabinets. Let there be no misunderstanding on the analysis of the Left and the Right. They are all the same. Whether the Right, the Left, the Centre or a national unity cabinet coming to power, nothing changes in this aspect of the confrontation with the enemy. Of course, it goes without saying that with many parties, it will be more difficult to make a political decision and there will be implementation problems as I have said. But in terms of the project, the vision, the antagonism, greed and threats, nothing changes. Therefore, it is not possible to rely on anything at this level.

Today, the insurance of Gaza is the strength of the resistance in Gaza. The insurance of Palestine, the Palestinian people and Palestinian rights is national reconciliation, the unity of the Palestinian people and its adherence to the choice of the Resistance.

The insurance of Lebanon, regardless of the leader of Israel, whether Netanyahu, Sharon, Shimon Peres, Barak, Labeed or whomever, the guarantee of Lebanon is in the formula we've always talked about. This is the Army-People-Resistance equation. Our national power, with its various components, is what protects Lebanon. The enemy does not vary whether there is a Centre, Right or Left government. The enemy looks towards Lebanon. If you have the strength, ability, if you can create a deterrent power, you can defend your country. So you can extract oil and gas, protect your country and your boundaries, etc. Any other element is useless is meaningless. The experience of decades with the Israeli enemy teaches this.

It is the same for the region. This is why I say that the best response to the Israeli elections, regardless of the findings and analysis, is a call for greater adherence to the Resistance. We must all cooperate so that the Palestinian people gets strong in Gaza, in the West Bank, in Palestine and outside Palestine.

We must all cooperate so that the Resistance in Lebanon remains strong and becomes even stronger. We must all cooperate to defuse the mines that litter our Arab region. This must be the answer to the Israeli elections.

[…]



Hassan Nasrallah sur la victoire électorale de Netanyahu : Sharon fut le dernier des Rois d'Israël (VOSTFR)


Discours du Secrétaire Général du Hezbollah, Sayed Hasan Nasrallah, durant la cérémonie commémorant la naissance du Prophète (saas) et la Semaine de l'Unité Islamique - 25/01/2013



Lors des élections législatives israéliennes de 2013, Hassan Nasrallah a tenu le discours suivant, qui conserve toute son actualité avec les récentes élections anticipées en Israël qui ont vu une nouvelle victoire de Netanyahu.




Vidéo & traduction : http://www.sayed7asan.blogspot.fr

Voir la traduction complète de ce discours : http://sayed7asan.blogspot.fr/2013/02/discours-du-secretaire-general-du.html



Transcription : 


[...]

J'ai un rapide commentaire sur les élections israéliennes. En bref, les résultats des élections israéliennes mènent aux conclusions suivantes.

Si dans ce monde bien des gens ne se sentent pas concernés et ne suivent pas de près ce qui se passe au niveau de l'entité sioniste, nous nous sentons pour notre part concernés quelles que soient les préoccupations du Liban et quelles que soient les préoccupations de la région. Car l'origine du problème est là. L'histoire a commencé là-bas. Elle a commencé avec la création et la fondation de cette entité. Ce qui s'est passé et ce qui se passe dans cette région est en grande partie de la faute de cette entité et pour le bien de cette entité, pour sa stabilité et sa préservation.

Je ne veux pas ici faire d'analyse. Je vais seulement énoncer la conclusion. Ces élections enregistrent clairement un recul des partis dirigeants et fondateurs de cette entité – tels que le Parti Travailliste et le Likoud. Leur recul est très net. Il y a un manque en Israël : il n’y a pas de fort parti dirigeant. C'est ce à quoi appelait Netanyahu lorsqu'il disait qu'Israël a besoin d'un parti fort qui le dirige. Les élections n'ont pas donné de parti fort qui dirige cette entité. Des dirigeants forts et traditionnels manquent cruellement.

Vous souvenez-vous de ce que j'ai dit un jour ? En fait, ce n'est pas moi qui ai dit cela. Quelqu'un m'a dit un jour – lorsque Sharon tyrannisait, intimidait et terrorisait tout le monde Arabe et toute la région – de ne pas avoir peur de Sharon, ajoutant qu'il ne pourrait rien faire et qu'il était le dernier des Rois d'Israël. Puis j'ai dit dans l'un de mes discours que Sharon était le dernier des Rois d'Israël. Il est évident qu'il est le dernier des Rois d'Israël. Qui est donc venu après Sharon ? Qui y a-t-il ?

Certes, ils se sont mis d'accord pour Netanyahu car il n'y avait pas d'autre choix. Il n’y avait personne. Pour eux, c'est le meilleur des candidats actuels. Cependant, la crise de confiance vis-à-vis de Netanyahu est patente.

L'absence de dirigeants forts et fondateurs, la persévérance des partis religieux fanatiques qui progressent et l'augmentation du nombre de partis et de blocs parlementaires compliquent sans aucun doute le processus de prise de décision.

De manière générale, tout ce qui a eu lieu dans les élections exprime clairement une crise de leadership dans l’entité, une crise des partis, une crise de confiance, et, par conséquent, une crise de l'entité.

Cependant, ce qui ne devait pas nous tromper dans le passé, et qui ne doit pas non plus nous tromper maintenant ou à l'avenir, est la fable de la Droite et de la Gauche et du Centre et du Centre du Centre et que sais-je encore, la Droite de la Droite, etc. En ce qui concerne Jérusalem, en ce qui concerne la Palestine, en ce qui concerne les droits du peuple Palestinien, en ce qui concerne la cause palestinienne, en ce qui concerne les réfugiés Palestiniens, en ce qui concerne les causes et droits Arabes, du Golan au Liban au Sinaï et à l’Egypte, en ce qui concerne l'avidité israélienne, en ce qui concerne les menaces d'Israël adressées aux gouvernements et aux peuples de la région, la Droite, la Gauche, le Centre ou le Centre du Centre ou la Gauche de la Gauche sont tous les mêmes. Bien plus, nos expériences nous ont enseigné que la plupart des guerres israéliennes ont été lancées par des cabinets de Gauche. Qu'il n'y ait aucun malentendu sur l’analyse de la Gauche et de la Droite. Ils sont tous les mêmes. Que ce soit la Droite, la Gauche, le Centre ou un cabinet d'unité nationale qui arrive au pouvoir, rien ne change quant à cet aspect de la confrontation avec l'ennemi. Certes, il va sans dire qu’avec de nombreux partis, il sera plus difficile de prendre une décision politique et il y aura des difficultés de mise en œuvre comme je l'ai dit. Mais pour ce qui est du projet, de la vision, de l'antagonisme, de l'avidité et des menaces, rien ne change. Par conséquent, il n'est pas permis de compter sur quoi que ce soit à ce niveau.

Aujourd’hui, la garantie de Gaza est la force de la Résistance à Gaza. La garantie de la Palestine, du peuple Palestinien et des droits Palestiniens est la réconciliation nationale, l'unité du peuple Palestinien et son adhésion au choix de la Résistance.

La garantie du Liban, quel que soit le dirigeant d'Israël, que ce soit Netanyahu, Sharon, Shimon Peres, Barak, Labeed ou je ne sais qui, la garantie du Liban est dans la formule dont nous avons toujours parlé. C'est l'équation Armée-Peuple-Résistance. Notre pouvoir national, avec ses diverses composantes, est ce qui protège le Liban. L'ennemi ne varie pas selon que le Centre, la Droite ou la Gauche gouvernent. L'ennemi regarde le Liban. Si vous avez de la force, des capacités, si vous pouvez créer un pouvoir de dissuasion, vous pouvez défendre votre pays. Ainsi, vous pouvez extraire le pétrole et le gaz, protéger votre pays et vos frontières, etc. Tout autre élément est inutile est vide de sens. L'expérience de dizaines d'années avec l'ennemi israélien l'enseigne.

Il en va de même au niveau de la région. C'est pourquoi je dis que la meilleure réponse aux élections israéliennes, indépendamment des conclusions et des analyses, est un appel à une plus grande adhésion à la Résistance. Nous devons tous coopérer pour que le peuple Palestinien soit fort à Gaza, en Cisjordanie, en Palestine et hors de Palestine.

Nous devons tous coopérer pour que la Résistance au Liban reste forte et devienne plus forte encore. Nous devons tous coopérer pour désamorcer les mines qui jonchent notre région Arabe. Telle doit être la réponse aux élections israéliennes.

mardi 24 mars 2015

Norman Finkelstein sur l'élection de Netanyahu, le racialisme israélien et les « Djihadistes Juifs » (VOSTFR)


Interview-débat entre Norman Finkelstein et Gil Hoffmann (Jerusalem Post), présenté par Peter Lavelle CrossTalk, Russia Today, 20 mars 2015.



Vidéo originale intégrale : https://www.youtube.com/watch?v=elO0_NtL2iE

Traduction & sous-titres : http://www.sayed7asan.blogspot.fr








Transcription : 

[Les interventions de Norman Finkelstein sont retranscrites intégralement. Les autres sont résumées]

Peter Lavelle : Norman, pour revenir à notre question, quel est le vrai visage de l'électorat israélien selon vous ? Pourquoi ont-ils voté pour Benjamin Netanyahou alors que les sondages le disaient perdant auparavant ?

Norman Finkelstein : Eh bien, toutes les analyses montrent que durant les derniers jours, Benjamin Netanyahu a fait campagne sur deux points particuliers : le premier point était « Non à un Etat Palestinien », et le deuxième est l'alarmisme raciste dans lequel il s'était engagé en disant à l'électorat juif israélien que les Arabes votaient en masse, et qu'il fallait une mobilisation pour stopper ce raz-de-marée arabe aux bureaux de vote et c'est cela qui a fait basculer les 4 ou 5% de voix en faveur de Netanyahu. Maintenant, je suis d'accord avec M. [Gil] Hoffmann [contradicteur de M. Finkelstein, journaliste au Jerusalem Post] pour dire qu'il se passe des choses insensées dans la région, c'est une évidence : vous avez les fous furieux de Daech (Etat Islamique) en Syrie et ailleurs, vous avez les fous furieux Saoudiens, et bien sûr, vous avez aussi les fous furieux israéliens.

Je ne vais pas me mettre à chanter des hymnes patriotiques à la gloire des Etats-Unis : nous avons très clairement aussi des problèmes de racisme, nous avons une police raciste, nous avons un système judiciaire raciste, mais la réalité est que durant les deux dernières élections, le peuple américain a élu à deux reprises un Noir à la Présidence, un Afro-Américain. Mais en ce qui concerne Israël, ils viennent d'élire rien moins que le Grand Dragon du Ku Klux Klan à la Présidence. Il y a beaucoup de choses démentes qui se passent en Israël, et ces élections ont montré le véritable visage d'Israël, le vrai visage de l'électorat israélien.

[Gil Hoffmann soutient que Netanyahu est en faveur d'un Etat Palestinien, mais pas tout de suite, à cause du danger Daech ; que Netanyahu n'est pas anti-Arabes Palestiniens mais anti-ingérence étrangère arabe].

Peter Lavelle : Norman, en parlant d'influence étrangère, si je peux revenir à vous, que faisait Netanyahu à Washington ? Ca, c'est une influence étrangère intéressante sur la politique américaine ! Allez-y on vous écoute !

Norman Finkelstein : En fait, Gil nous donne un bon aperçu de la mentalité israélienne. Il nous dit que le monde entier, qu'absolument TOUS les dirigeants du monde qui ont affirmé que Netanyahu s'est opposé à un Etat Palestinien, ils se trompent tous ! Ils sont tous victimes d'illusions, ils sont tous en plein délire ! Le New York Times a tout faux, tous les dirigeants mondiaux ont tout faux, car en réalité, Benjamin Netanyahu a soutenu la solution avec deux Etats ! Telle est la mentalité israélienne ! Elle n'a rien à voir avec le monde réel.

Il est manifeste que Benjamin Netanyahu n'a jamais soutenu une solution à deux Etats, et il s'est maintenant ouvertement déclaré contre. Et l'électorat israélien – car il ne s'agit pas seulement de M. Netanyahu mais également de tous les partis à sa droite qui s'opposent à une solution à deux Etats, et qui représentent la majorité d'Israël.

Cela fait des années et des années qu'on nous répète que les Israéliens supportent une solution à deux Etats, mais si vous regardez les sondages d'opinion, 75% des Israéliens sont en faveur de l'annexion des principaux blocs de colonies, 75% des Israéliens sont en faveur de la conservation de la vallée du Jourdain par Israël, 75% des Israéliens sont en faveur de la conservation de l'ensemble de Jérusalem par Israël... Ce n'est pas ça, la solution à deux Etats. C'est un Etat « plus territoires complémentaires » pour Israël, et une déchetterie pour les Palestiniens. Tel est l'électorat israélien. Telle est la réalité.

Si vous voulez comprendre Israël, en tant qu'Américain, tout ce que vous avez à faire, c'est considérer la situation du Sud des Etats-Unis avant le mouvement (noir) des Droits Civiques. La même cruauté, le même racisme implacable, le même sentiment de supériorité. Mais en ce qui concerne les Israéliens, ce n'est pas seulement une supériorité envers les Arabes, il y a cette sorte de suprématisme juif, de supériorité juive envers tout le monde. C'est pour cela que lorsque M. Netanyahu est venu au Congrès, les premiers membres du Congrès qui se sont retirés sont les membres de la coalition des Noirs, car ils ont immédiatement compris qu'il ne s'agissait pas seulement d'un suprématiste juif, mais bel et bien d'un sale raciste vicieux qui insultait le Président des Etats-Unis car c'est un Afro-Américain.

Tout le monde sait bien... 

Gil Hoffmann : Est-ce que vous plaisantez ? »

Norman Finkelstein : ...que si c'est George Bush qui avait été au pouvoir et non Barack Obama, M. Netanyahu n'aurait jamais osé une telle provocation. Il l'a fait car en plus d'être un suprématiste juif, c'est un raciste.

Peter Lavelle : Très bien Norman, je veux vous accorder un temps égal, si vous voulez répondre Gil, allez-y, c'est le but de cette émission.

[Gil prétend que Finkelstein n'a pas dit un mot de vérité, qu'il n'y a pas de racisme en Israël mais aux Etats-Unis. Il refuse de s'exprimer sur les colonies pour Juifs exclusivement et dénonce la menace nucléaire iranienne. Il affirme que la  grande majorité des députés Juifs sont pour un Etat Palestinien.]

Peter Lavelle : Très bien Norman, voulez-vous réagir brièvement avant la pause ?

Norman Finkelstein : Eh bien, nous avons là un autre exemple du degré de connexion d'Israël avec la réalité, à quel point ce degré est faible. Il nous dit maintenant, après que Netanyahu ait explicitement déclaré sur une tribune « Non à un Etat Palestinien » et qu'il ait remporté ce qu'on caractérise maintenant comme une victoire écrasante en Israël, nous avons maintenant M. Gil Hoffmann qui vient dans votre émission et nous déclare que l'opposition à un Etat Palestinien est inexistante en Israël. C'est ce qu'il vous dit. L'opposition à un Etat Palestinien... 

Gil Hoffmann : Ce n'est pas ce que j'ai dit.

[Interrogé sur les colonies, Hoffmann répond que le danger de l’Etat Islamique s’oppose à un Etat Palestinien maintenant mais que Netanyanhu y est favorable, et que ce sont les Palestiniens qui ont élu le Hamas terroriste qui rejette toute négociation avec Israël.]

Norman Finkelstein : Gil, vous êtes vraiment en train de vous ridiculiser. Vous n'êtes pas en Israël. Vous êtes sur une émission qui est diffusée dans le monde entier. Comment pouvez-vous dire les choses que vous osez prononcer sur cette émission ? Les Palestiniens ne veulent pas négocier ? Ce sont les Palestiniens qui sont un obstacle ?

Vous savez très bien que votre Premier Ministre a dit « Non à un Etat Palestinien ». Vous savez très bien que l'électorat israélien, pour recourir au langage employé actuellement en Israël, a massivement voté pour ce Premier Ministre. Vous savez très bien que l'Autorité Palestinienne a essayé désespérément de parvenir à une résolution du conflit avec deux Etats depuis maintenant 30 ou 40 ans environ, et avant l'Autorité Palestinienne, c'était l'Organisation pour la Libération de la Palestine : déjà aussi loin qu'en 1976, 1978, les Palestiniens essayaient de négocier une telle résolution du conflit.

Vous savez très bien que c'est Israël qui constitue un obstacle, et pas parce qu'Israël est maléfique. C'est un fait très basique : Israël a une politique d'Occupation qui ne lui coûte rien. Les Européens paient les factures en Cisjordanie, et l'Autorité Palestinienne fait le sale boulot : ils emprisonnent et torturent les Palestiniens – c'est ce qu'Israël appelle la coopération sécuritaire –, et les Etats-Unis protègent Israël sur le plan diplomatique à l'ONU et dans d'autres institutions internationales. Par conséquent, pourquoi les Israéliens devraient-ils se retirer (des territoires occupés) ? Ils ont le beurre et l'argent du beurre : ils peuvent construire leurs communautés luxueuses sur les territoires palestiniens, voler les ressources aquatiques et la majorité des terres arables palestiniennes, ils peuvent se relocaliser dans les territoires palestiniens avec des subventions du gouvernement, et ils ne perdent absolument rien. C'est une Occupation qui ne coûte rien, et c'est probablement la première Occupation gratuite dans l'histoire de l'humanité. Par conséquent, pourquoi les Israéliens devraient-ils se retirer ?

Il n'y a qu'une manière de parvenir à une solution à deux Etats : c'est de faire en sorte qu'Israël paie le prix de son Occupation illégale, immorale et inhumaine des territoires palestiniens qui dure maintenant depuis bientôt un demi-siècle.

[Gil Hoffmann prétend que les Palestiniens ont refusé une offre de paix juste d'Ehud Olmert en 2008.]

Norman Finkelstein : Le problème avec M. Hoffmann est qu'il compte sur l'ignorance de vos auditeurs, mais je suis désolé de vous dire, M. Hoffmann, que je connais parfaitement le détail des faits (historiques), et je vais les rappeler.

Premièrement, [Olmert] n'a pas offert 100% de la Cisjordanie : il voulait garder pour Israël ce qui est maintenant désigné comme 8.7% de la Cisjordanie, mais qui constitue en réalité les principaux blocs de colonies...

Gil Hoffmann : J'ai dit ‘avec des échanges de territoires’.

Norman Finkelstein :  ...et qui inclurait les ressources aquatiques vitales qui reviendraient à Israël, ainsi que la meilleure partie des terres arables palestiniennes. Les Palestiniens auraient été coupés en deux au Nord et également au Centre avec le bloc de colonies de Ma'ale Adumim s'étendant de Jérusalem à Jéricho.

Vous prétendez qu'il a proposé d'accueillir des milliers de réfugiés. Mais considérons précisément ce qu'il a proposé : il a proposé d'accueillir 5000 réfugiés, alors qu'il y a environ de 5 à 6 millions de réfugiés Palestiniens. Il a proposé d'accueillir 5000 réfugiés, 1000 par an sur une durée de 5 ans au titre de ce qui est appelé le « regroupement familial ».

Et en réalité, cette proposition a été avancée à titre informel et Olmert était déjà en train de quitter le pouvoir à cause de scandales de corruption. Il n'y avait donc aucune possibilité pour que cette offre absolument insatisfaisante et inacceptable [pour les Palestiniens] soit mise en œuvre.

Gil Hoffmann : Vous ne serez satisfait que lorsque l'Etat juif aura complètement disparu. Je vous connais, je connais votre passé

Norman Finkelstein : M. Hoffmann, si vous me connaissez, puisque vous prétendez me connaitre, vous savez que je suis très conservateur sur cette question : je suis en faveur de l'application du droit international qui préconise deux Etats sur les frontières de juin 1967 avec une solution juste de la question des réfugiés. C'est ce que l'Assemblée Générale des Nations Unies, comprenant environ 165 pays membres, soutient chaque année. C'est ce que la Cour Internationale de Justice soutient. C'est ce que les principales organisations de droits de l'homme soutiennent.

Gil Hoffmann : Si des millions de réfugiés viennent de partout dans le monde, il n'y aura plus d'Etat Juif.

[Interrogé sur une possible entente Obama-Netanyahu, Gil Hoffmann répond que le peuple américain ainsi que les Démocrates et Républicains soutiennent Israël, contrairement à Obama qui croit vainement pouvoir faire pression sur Netanyahu. Mais dès qu'Obama sera parti, ça ira mieux.]

Peter Lavelle : Norman, que répondez-vous à cela ? Est-ce que la relation US-Israël a vraiment une incidence pour les Palestiniens ?

Norman Finkelstein : Voilà encore un autre exemple de la mentalité israélienne. « M. Obama essaie de faire pression sur Netanyahu » [mots de Gil Hoffmann]. M. Obama, les 4 autres membres du Conseil de Sécurité permanent de l'ONU ainsi que l'Allemagne essayent depuis longtemps de négocier un accord diplomatique avec l'Iran. Il n'y a que deux pays au monde qui sont opposés à cet accord pacifique, deux Etats déments qui rejettent la diplomatie et veulent entrer en guerre

Gil Hoffmann : Le Canada et l'Australie ? »

Norman Finkelstein : Ce sont les djihadistes wahhabis d'Arabie Saoudite, et les djihadistes juifs d'Israël.  Tels sont les deux seuls extrêmes : l'Arabie Saoudite et Israël…

Gil Hoffmann : Et l'Egypte et les pays du Golfe.

Norman Finkelstein : …veulent entrer en guerre, et le reste du monde veut un accord diplomatique. Et ensuite, M. Netanyahu fait irruption au Congrès américain afin d'humilier M. Obama.

M. Hoffmann, encore une fois, je ne suis pas un nationaliste cocardier, mais vous pensez vraiment que le peuple américain a besoin que Netanyahu vienne brandir son illustration (issue des dessins animés) Looney Tunes à la Daffy Duck pour nous expliquer la diplomatie avec l'Iran ? Excusez-moi, mais nous sommes assez intelligents pour pouvoir comprendre ces questions...

Gil Hoffmann : J'ai les sondages pour les Etats-Unis, 70% des Américains soutiennent les positions de Netanyahu sur l'Iran, pas celles d'Obama

Norman Finkelstein : ... sans les dessins Looney Tunes de M. Netanyahu.

Peter Lavelle : Très bien Messieurs, nous n'avons plus de temps. La plupart des Américains sont en faveur d'une solution à deux Etats. Merci beaucoup à mes invités à New York et à Jérusalem.



Voir également :


Norman Finkelstein sur Gaza, Israël, les Juifs et l'antisémitisme (VOSTFR)

Norman Finkelstein : Israël revendique le droit d'annexer la Palestine

Norman Finkelstein sur Gaza : Israël veut annihiler « l'offensive de paix » palestinienne

Hassan Nasrallah : Sharon, le dernier des Rois d'Israël (VOSTFR)