samedi 27 juin 2015

Vladimir Putin on France and Europe: "The NATO members have renounced their sovereignty"



 
"As you know, the modern world, especially the Western world, is highly monopolised and many Western countries – whether they want to hear this or not – have voluntarily given up a considerable part of their sovereignty. To some extent, this is a result of the politics of blocs. Sometimes we find it very difficult to come to terms with them on geopolitical issues. It is hard to reach an agreement with people who whisper even at home for fear of being overheard by the Americans. This is not a joke or a figure of speech."



Vladimir Putin denounces, more and more explicitly, the servility of France and Europe towards the United States, whether in the case of wire-tapping French leaders or that of Mistral ships. 

The publication by WikiLeaks of documents establishing the wire-tapping by the United States of three French Presidents was an open secret known since the revelations of Edward Snowden. Far from protesting against the flagrant violation of French sovereignty that the espionage of its top leaders constitutes, our government bravely hastened to hush up this scandal, as was expected by Lavrov and Putin. Let us remind that France prided herself in 2013 upon rejecting asylum for Edward Snowden, and that it is illusory to believe that these revelations could change anything : official France cannot but turn down flat Julian Assange’s calls.

By refusing the delivery of two helicopter carriers ordered and paid for by Russia, France is both disgraced and discredited internationally as a reliable economic partner and military supplier. The inept pretext of the Ukrainian crisis and alleged Russian interference, invoked by a country that involved itself in the Syrian crisis by arming Al-Nosra terrorists (of which it is apologetic) and calling for the overthrow (even murder) of the legitimate Syrian leader, reveals the extent of the hypocrisy and indecency of the French government and its subjection to American diktats. Especially since this same government then concluded huge arms sales contracts with the barbaric regimes of Qatar and even Saudi Arabia, engaged in an illegal and criminal war in Yemen.

While trade between the US and Russia is increasing, their European "allies" are forced to impose sanctions on Moscow and suffer alone its formidable repercussions: thus Vladimir Putin has renewed for one year the Russian embargo on food products from Europe.

Vladimir Putin recently said to Charlie Rose, an American TV star presenter who asked incredulously if Russia really aspired to gain respect (indeed, what a preposterous idea): "You know, I hear this all the time: Russia wants to be respected. Don’t you? Who does not? Who wants to be humiliated? It is a strange question. As if this is some exclusive right – Russia demands respect. Does anyone like to be neglected?" To this rhetorical question, our French leaders respond 'yes' without hesitation and continue to whisper in their own homes for fear of prying ears (and microphones).

Instead of a rapprochement with Russia, a historic partner concerned about the respect of States and their sovereignty, in addition a rising great power and champion of the defence of international law, France and Europe prefer subjugation to the US, the superpower in irremediable decline with which they chain their destinies. It is easy to conceive the repulsion that Russian elites, despite their professionalism, must feel for our inglorious leaders. Probably to the extent of the one felt more and more by their own peoples, whom Putin chooses to address directly.

Former arrogant colonial power and conqueror, then sovereignist Gaullist Republic, France is now relegated to the status of American sub-colony whose independence and national interests are routinely violated and trampled, as much by the stateless and spineless leaders in Paris, repeatedly guilty of the crime of high treason (abolished, thankfully for them), as by the imperial hawks in Washington. 

Even a country like Algeria, a former French colony run by a corrupt and retrograde military regime, has at least leaders concerned of their national interests to the point of refusing any participation in the Saudi-American coalition against Yemen, while Hollands' France was ready to pounce gleefully on a new crusade in Syria, which could have triggered World War III. One may ask, to use an expression of Norman Finkelstein, why prostitutes have such a bad reputation... Welcome to Western mediocracy!

Translated from French by Jenny Bright

Vladimir Putin on the tapping of French Presidents: This scandal will be stifled (English subtitles)

Briefing session with permanent members of the Security Council of the Russian Federation, 25 June 2015

Source: http://en.kremlin.ru/events/president/news/49766

 



Transcript:

President of Russia Vladimir Putin: Good afternoon, colleagues,

Mr Lavrov will tell us about the consultations in Paris. Let’s start with this. Please, Mr Lavrov.

Foreign Minister Sergei Lavrov: On the whole, it was not useless because even despite certain wrangling during the discussion, the main outcome was the acknowledgement of the fact that there is no alternative to complete fulfilment of the Minsk Agreements. First and foremost, the acknowledgement by our German and our French partners of the fact that the overwhelming part of the Minsk provisions should be implemented through direct dialogue between authorities in Kiev and Donetsk and Lugansk.
I can’t say that we have resolved all the problems because this should be done directly by the Contact group and the working subgroups created. I will report on that in more detail later, but on the day of our meeting, a report on the taps [by the United States of the French leadership] was published, and this gave rise to unrest in France so this was another thing that distracted our attention.

Vladimir Putin: How will this scandal end?

Sergei Lavrov: Frankly speaking, I think that Germany’s example [the US special services wiretapping the German leadership] gives the answer: I think that both sides will try to blanket the scandal and forget about it.

Vladimir Putin: That is what would happen.

<…>


Putin denounces the 'submission' of France: "Even without Mistral, we will survive" (English subtitles)

Direct Line with Vladimir Putin, April 16, 2015
 

Source: http://en.kremlin.ru/events/president/news/49261   





Transcript: 

[…]

Olga Ushakova: Let's take another question from the audience – from Dmitry Shchugorev’s section this time.

Dmitry Shchugorev: We have Dmitry Abzalov here, the president of the Center for Strategic Communications. Please, go ahead.

Dmitry Abzalov: Good afternoon, Mr Putin. I have this nagging question about Mistral ships. This week, the second ship was tested and left for the French shipyard. What are the prospects? Will we push for having these ships delivered to us? Will we seek financing? In general, what will our military and economic partnership with the European Union and France, in particular, be like after what happened a year ago?

Vladimir Putin: The refusal to deliver ships under the existing contract is, of course, a bad sign. However, frankly speaking, it’s of little consequence for us or our defence capability. We signed these contracts primarily to support our partners and offer work to their shipyard. We planned to use the ships in the Far East. For us, this is not critical.

However, I believe that the leadership of France – and the French people in general – are honourable people and will return the money. We are not even going to demand any penalties or exorbitant fines, but we want all of our costs covered. This certainly means that the reliability of our partners – who, acting as part of the military-political bloc, in this case NATO, have lost some of their sovereignty – has suffered, and is now questionable. Of course, we will keep this in mind as we continue our military and technical cooperation.

Kirill Kleymenov: Our partners may find that it was an easy way for them to get off the hook.

Vladimir Putin: That’s all right, we’ll survive.

[…]


Vladimir Putin to the peoples of the West: Russia is not an imperial power, the US spy on NATO members (English subtitles)

Speech by Vladimir Putin on the integration of the Crimea to Russia, March 18, 2014 With a reflection on this intervention dated April 22, 2014







Transcript: 

[…]

Today, I would like to address the people of the United States of America, the people who, since the foundation of their nation and adoption of the Declaration of Independence, have been proud to hold freedom above all else. Isn’t the desire of Crimea’s residents to freely choose their fate such a value? Please understand us.

I believe that the Europeans, first and foremost, the Germans, will also understand me. Let me remind you that in the course of political consultations on the unification of East and West Germany, at the expert, though very high level, some nations that were then and are now Germany’s allies did not support the idea of unification. Our nation, however, unequivocally supported the sincere, unstoppable desire of the Germans for national unity. I am confident that you have not forgotten this, and I expect that the citizens of Germany will also support the aspiration of the Russians, of historical Russia, to restore unity.

I also want to address the people of Ukraine. I sincerely want you to understand us: we do not want to harm you in any way, or to hurt your national feelings. We have always respected the territorial integrity of the Ukrainian state, incidentally, unlike those who sacrificed Ukraine’s unity for their political ambitions. They flaunt slogans about Ukraine’s greatness, but they are the ones who did everything to divide the nation. Today’s civil standoff is entirely on their conscience. I want you to hear me, my dear friends. Do not believe those who want you to fear Russia, shouting that other regions will follow Crimea. We do not want to divide Ukraine; we do not need that. As for Crimea, it was and remains a Russian, Ukrainian, and Crimean-Tatar land.

I repeat, just as it has been for centuries, it will be a home to all the peoples living there. What it will never be and do is follow in Bandera’s footsteps!

[…]



Direct Line with Vladimir Putin – April 17, 2014

Transcript:

[…]
Kirill Kleymenov: But before giving the floor to [our correspondent in Germany], I’d like to ask you to return to the speech that we discussed at the very beginning, the one that you made before signing the treaty on Crimea and Sevastopol’s accession to Russia. Many people were very impressed by it and compared it to your Munich speech. They even called it your best speech.

I’d like to ask you why you made this speech. First, the protocol didn’t demand it and, second, the format was very unusual – you addressed peoples rather than countries or governments.

Vladimir Putin: The format was chosen based on the importance of the event and the situation. This is an unusual event in the life of our people, our country and our state. This is why I considered it my duty to address the Federal Assembly and the people of the Russian Federation in the presence of members of the State Duma and the Federation Council. This is the first point.

Second. Why was the speech addressed to the peoples of other countries rather than their governments? As you know, the modern world, especially the Western world, is highly monopolised and many Western countries – whether they want to hear this or not – have voluntarily given up a considerable part of their sovereignty. To some extent, this is a result of the politics of blocs. Sometimes we find it very difficult to come to terms with them on geopolitical issues. It is hard to reach an agreement with people who whisper even at home for fear of being overheard by the Americans. This is not a joke or a figure of speech. Listen to me, I’m serious, I’m not joking. However, they are our main partners on economic and some other issues.

But I addressed the peoples of these countries primarily because an ordinary person from Germany, France or Italy will instantly sense whether a statement is false or not. Our position is absolutely open, honest and transparent, and for this reason it is easier to get it across to ordinary people than even to some leaders. It seems to me we succeeded to some extent. No matter what government rules a country, it will have to consider the opinion of its voters. This is why I addressed the people.

[…]


vendredi 26 juin 2015

Vladimir Poutine sur la France et l'Europe : « Les membres de l'OTAN ont renoncé à leur souveraineté » (VOSTFR)



« Le monde moderne, en particulier le monde occidental, est fortement monolithique et de nombreux pays occidentaux – qu'ils veulent l’entendre ou pas – ont volontairement renoncé à une partie considérable de leur souveraineté. Dans une certaine mesure, cela est le résultat de la politique des blocs. Parfois, nous trouvons qu'il est très difficile de s’entendre avec eux sur les questions géopolitiques. Il est difficile de parvenir à un accord avec des gens qui chuchotent même dans leur propre maison de peur d'être entendus par les Américains. Ce n’est pas une blague ou une façon de parler. »



Vladimir Poutine dénonce, de plus en plus explicitement, la servilité de la France et de l'Europe face aux Etats-Unis, que ce soit dans l'affaire des mises sur écoute des dirigeants français ou dans celle des navires Mistral.

La publication par Wikileaks de documents établissant la mise sur écoute par les Etats-Unis de trois Présidents français était un secret de Polichinelle connu depuis les révélations d'Edward Snowden. Loin de protester contre la violation flagrante de la  souveraineté française que constitue l'espionnage de ses plus hauts dirigeants, notre gouvernement s'empresse déjà courageusement d'étouffer ce scandale, comme l'ont prévu Sergueï Lavrov et Vladimir Poutine. Rappelons que la France s'est honorée en 2013 en rejetant la demande d'asile d'Edward Snowden, et qu'il est illusoire de croire qu'il pourrait en aller autrement du fait de ces révélations : la France officielle ne peut répondre que par une fin de non-recevoir aux appels de Julian Assange.

En refusant la livraison des deux porte-hélicoptères commandés et payés par la Russie, la France s'est à la fois déshonorée et décrédibilisée sur la scène internationale en tant que partenaire économique et fournisseur militaire fiable. Le prétexte inepte de la crise ukrainienne et d'une prétendue immixtion russe, invoqué par un pays qui intervient dans la crise syrienne en armant les terroristes d'Al-Nosra (dont il fait l'apologie) et en appelant au renversement (voire à l'assassinat) du dirigeant syrien légitime, révèle l'ampleur de l'hypocrisie et de l'indécence du gouvernement français et de sa sujétion aux diktats américains. D'autant plus que ce même gouvernement a ensuite conclu d'énormes contrats de ventes d'armes avec les régimes barbares du Qatar et même de l'Arabie Saoudite, engagés dans une guerre illégale et criminelle au Yémen.

Tandis que les échanges commerciaux entre les Etats-Unis et la Russie augmentent, leurs « alliés » européens sont contraints de lui imposer des sanctions et d'en subir seuls les redoutables contrecoups : ainsi, Vladimir Poutine vient de renouveler pour un an l'embargo sur les produits agroalimentaires en provenance d'Europe.  

Vladimir Poutine déclarait dernièrement à Charlie Rose, un présentateur TV vedette américain qui lui demandait, incrédule, si la Russie aspirait vraiment à se faire respecter (quelle idée saugrenue, en effet) : « Vous savez, j'entends ça tout le temps, que ‘la Russie veut être respectée. Pas vous ? Qui ne le veut pas ? Qui veut être humilié ? C'est une question étrange. Comme si c'était une sorte de droit exclusif réservé à certains. La Russie exige le respect. Est-ce que quiconque aime à être méprisé ? » A cette question rhétorique, nos dirigeants répondent oui sans hésitation, et continuent à chuchoter dans leurs demeures mêmes de peur des oreilles (et micros) indiscrets. 

Au lieu d'un rapprochement avec la Russie, partenaire historique et soucieux du respect des Etats et de leur souveraineté, grande puissance montante de surcroît et champion de la défense du droit international, la France et l'Europe préfèrent la vassalisation aux Etats-Unis, superpuissance en déclin irrémédiable à laquelle ils enchaînent leur destin. On conçoit aisément la répulsion que les élites russes, malgré leur professionnalisme, doivent ressentir pour nos glorieux dirigeants. Probablement à la hauteur de celle que ressentent de plus en plus leurs peuples, auxquels Vladimir Poutine fait le choix de s'adresser directement.

Ancienne puissance colonisatrice arrogante et conquérante, puis République gaullienne souverainiste, la France est aujourd'hui reléguée au statut de sous-colonie américaine dont l'indépendance et les intérêts nationaux sont quotidiennement bafoués et piétinés, tant par les dirigeants apatrides et invertébrés de Paris, maintes fois coupables du crime de haute trahison (abrogé, heureusement pour eux), que par les faucons impériaux de Washington. 

Même un pays comme l'Algérie, ancienne colonie française où sévit un régime militaire corrompu et rétrograde, bénéficie pour le moins de dirigeants soucieux des intérêts nationaux au point de refuser toute participation à la coalition saoudo-américaine contre le Yémen, alors que la France hollandienne était prête à se jeter allégrement dans une nouvelle croisade en Syrie, au risque de déclencher la troisième guerre mondiale. On peut se demander, pour reprendre une expression de Norman Finkelstein, pourquoi les prostitué(e)s ont si mauvaise réputation... Bienvenue en médiocratie !




Vladimir Poutine sur la mise sur écoute des Présidents français: Ce scandale sera étouffé

Briefing avec les membres permanents du Conseil de Sécurité de la Fédération de Russie, 25 juin 2015


Source : http://en.kremlin.ru/events/president/news/49766

Traduction & sous-titres : http://www.sayed7asan.blogspot.fr



 



Transcription :


[…]

Vladimir Poutine : Bonjour, chers collègues. 

Sergueï Viktorovitch [Lavrov] va nous informer au sujet des consultations qui ont eu lieu à Paris. Commençons par cela. S'il vous plaît, Sergueï Viktorovitch[Lavrov], faites-nous part de votre analyse.

Sergueï Lavrov : Dans l'ensemble, cette rencontre n'a pas été inutile car en dépit de certaines disputes au cours de la discussion, le principal résultat a été la reconnaissance du fait qu'il n'y a pas d'alternative à la pleine implémentation des Accords de Minsk. Tout d'abord, la reconnaissance par nos partenaires français et allemands du fait que la plus grande partie des dispositions prévues par les Accords de Minsk devraient être mises en œuvre par le biais d'un dialogue direct entre les autorités de Kiev et Donetsk et Lugansk. 

Je ne peux pas dire que nous avons résolu tous les problèmes, car cela doit être fait directement par le groupe de contact et les sous-groupes de travail créés. Je parlerai de tout cela plus en détail par la suite, mais le jour de notre réunion, un rapport sur les mises sur écoute [des Présidents français par la NSA] a été publié, et cela a donné lieu à des vives réactions en France, qui ont contribué à distraire notre attention.

Vladimir Poutine : Comment ce scandale va-t-il se terminer ?

Sergueï Lavrov : Franchement, je pense que l'exemple de l'Allemagne [qui a connu un scandale similaire il y a quelques mois] nous donne la réponse : je pense que les deux côtés vont faire de leur mieux pour étouffer le scandale et le faire oublier.

Vladimir Poutine : C'est sans doute ce qui va se passer.

[…]



Vladimir Poutine dénonce la ‘soumission’ de la France : « Même sans Mistral, on survivra » 

Ligne directe avec Vladimir Poutine, 16 avril 2015



Traduction & sous-titres : http://www.sayed7asan.blogspot.fr




Transcription :

[…]

Olga Ushakova : Prenons une autre question de l'audience, du côté de Dmitry Shchugorev cette fois-ci.

Dmitry Shchugorev : Nous avons Dmitry Abzalov avec nous, le Président du Centre pour les Communications Stratégiques. Allez-y, je vous prie.

Dmitry Abzalov : Bonjour, Vladimir Vladimirovitch. Une question me tourmente au sujet des navires Mistral. Cette semaine, le second navire a été testé et a pu quitter le chantier naval français. Quelles sont les perspectives ? Va-t-on faire pression pour que ces navires nous soient livrés ? Allons-nous chercher à obtenir une compensation financière ? De manière générale, à quoi ressemblera notre partenariat militaire et économique avec l'Union Européenne, et avec la France en particulier, après ce qui s'est passé il y a un an ?

Vladimir Poutine : Le refus de livrer les navires conformément au contrat qui a été conclu est, bien évidemment, un mauvais signe. Cependant, pour parler franchement, c'est sans conséquence pour nous ou pour notre capacité de défense.

Nous avons conclu ces contrats principalement pour soutenir nos partenaires et donner du travail à leur chantier naval. Nous avions prévu d'utiliser ces navires en Extrême-Orient. Pour nous, ce n'est pas d'une importance critique. Cependant, je suis persuadé que les dirigeants de la France – et le peuple français en général – sont des gens d'honneur et qu'ils nous rendront l'argent. Nous n'allons même pas demander de pénalités ou d'amendes exorbitantes, mais nous voulons que tous nos coûts soient couverts.

Cela implique bien évidemment que la fiabilité de nos partenaires – qui, en agissant en tant que membres d'un bloc militaro-politique, en l'occurrence l'OTAN, ont perdu une partie de leur souveraineté – s'est affaiblie, et qu'elle est maintenant douteuse. Bien entendu, nous garderons cela à l'esprit tandis que nous poursuivons notre coopération militaire et technique.

Kirill Kleymenov : Nos partenaires se diront qu'ils s'en tirent à bon compte...

Vladimir Poutine : Ce n'est pas grave, on survivra !

[…]
 

Vladimir Poutine aux peuples d'Occident: la Russie n'est pas une puissance impériale, les USA espionnent les membres de l'OTAN

Discours de Vladimir Poutine sur l’intégration de la Crimée à la Fédération de Russie 18 mars 2014 - Avec une réflexion sur cette intervention datée du 22 avril 2014

 

 


Source : http://eng.kremlin.ru/news/6889

Traduction complète : http://sayed7asan.blogspot.fr/2014/03/discours-du-president-vladimir-poutine.html



Transcription :

[…]

Aujourd’hui, je voudrais m’adresser au peuple des États-Unis d’Amérique, ce peuple qui, depuis la fondation de sa nation et l’adoption de la Déclaration d’Indépendance, s’est toujours enorgueilli de placer la liberté par-dessus tout. Le désir des habitants de Crimée de choisir librement leur sort n’est-il pas basé sur une valeur similaire ? Je vous prie de nous comprendre.

Je crois que les Européens, surtout les Allemands, pourront aussi me comprendre. Permettez-moi de vous rappeler que dans le cadre des consultations politiques sur l’unification de l’Allemagne de l’Est et de l’Ouest, les experts – pourtant placés à un très haut niveau de responsabilités – de certains pays qui étaient alors et sont maintenant les alliés de l’Allemagne n’ont pas soutenu l’idée de l’unification. Notre nation, cependant, a soutenu sans équivoque le désir sincère et irrésistible des Allemands pour une unité nationale. Je suis convaincu que vous n’avez pas oublié cela, et je m’attends à ce que les citoyens d’Allemagne soutiennent également l’aspiration des Russes, de la Russie historique, à restaurer l’unité. (Applaudissements)

Je tiens également à m’adresser au peuple d’Ukraine. Je souhaite sincèrement que vous nous compreniez : nous ne voulons vous nuire en aucune façon, pas plus que nous ne voulons blesser vos sentiments nationaux. Nous avons toujours respecté l’intégrité territoriale de l’Etat ukrainien, contrairement – il faut le souligner – à ceux qui ont sacrifié l’unité de l’Ukraine à leurs ambitions politiques. Ils affichent des slogans sur la grandeur de l’Ukraine, mais ce sont eux qui ont tout fait pour diviser la nation. L’impasse civile d’aujourd’hui repose entièrement sur leur conscience. Je veux que vous m’écoutiez, mes chers amis. Ne croyez pas ceux qui veulent que vous ayez peur de la Russie, et qui crient que d’autres régions suivront la Crimée. Nous ne voulons pas diviser l’Ukraine ; nous n’avons pas besoin de cela. Quant à la Crimée, elle était et demeure une terre russe, ukrainienne et tatare. (Applaudissements)


Je le répète, tout comme elle l’a été durant des siècles, elle sera un foyer pour tous les peuples qui y vivent. Ce qu’elle ne sera et ne fera jamais, c’est suivre la voie de Bandera ! (Ovation)

[...] 



Ligne directe avec Vladimir Poutine 22 avril 2014


Source : http://en.kremlin.ru/events/president/news/20796

Traduction : http://sayed7asan.blogspot.fr


Transcription :
 
[...]


Kirill Kleymenov : Avant de donner la parole à [notre correspondant en Allemagne], je voudrais vous demander de revenir sur le discours que nous avons évoqué précédemment, à savoir celui que vous avez prononcé avant de signer le traité d'adhésion de la Crimée et de Sébastopol à la Fédération de Russie. Beaucoup de gens ont été très impressionnés par ce discours et l’ont comparé à celui de Munich [en 2007]. Il a même été désigné comme votre meilleur discours.

Je voudrais vous demander pourquoi vous avez fait ce discours. Tout d'abord, le protocole ne l’exigeait pas, et en second lieu, le format était très inhabituel : vous vous êtes adressés aux peuples plutôt qu’aux pays ou aux gouvernements.

Vladimir Putin: Ce format a été choisi eu égard à l'importance de l'événement et de la situation. C’était un événement inhabituel dans la vie de notre peuple, de notre pays et de notre État. Voilà pourquoi j’ai considéré qu'il était de mon devoir de m'adresser à l'Assemblée Fédérale et au peuple de la Fédération de Russie, en présence des membres de la Douma et du Conseil de la Fédération. Ceci est le premier point.

Deuxièmement, pourquoi mon discours a-t-il été été adressé aux peuples des autres pays plutôt qu’à leurs gouvernements ? Comme vous le savez, le monde moderne, en particulier le monde occidental, est fortement monolithique, et de nombreux pays occidentaux – qu'ils veulent l’entendre ou pas – ont volontairement renoncé à une partie considérable de leur souveraineté. Dans une certaine mesure, cela est le résultat de la politique des blocs. Parfois, nous trouvons qu'il est très difficile de s’entendre avec eux sur les questions géopolitiques. Il est difficile de parvenir à un accord avec des gens qui chuchotent même dans leur propre maison de peur d'être entendus par les Américains. [Applaudissements] Ce n’est pas une blague ou une façon de parler. Écoutez-moi, je suis très sérieux, je ne plaisante pas. Cependant, ces pays sont nos principaux partenaires sur les questions économiques et sur d’autres questions.

Mais je me suis adressé aux peuples de ces pays principalement parce qu’une personne ordinaire de l'Allemagne, de France ou d'Italie pourra sentir instantanément si une déclaration est fausse ou non. Notre position est absolument ouverte, honnête et transparente, et pour cette raison, il est plus facile de la faire comprendre aux gens ordinaires qu’à certains dirigeants. Il me semble que nous avons réussi cela dans une certaine mesure. Quel que soit le gouvernement d’un pays, il devra tenir compte de l'opinion de ses électeurs. Voilà pourquoi je me suis adressé aux peuples.

[...] 

 



Voir également :


Vladimir Poutine à propos de la FIFA, Snowden & Assange (VOSTFR)

Vladimir Poutine : Discours à l'occasion du 70e anniversaire de la Victoire de 1945 (VOSTFR)

Vladimir Poutine triomphe : Kiev vaincu par le Donbass malgré l'implication de l'OTAN (VOSTFR)

Vladimir Poutine : l'ours de la Taïga russe se dresse face aux Etats-Unis (VOSTFR)

Discours de Vladimir Poutine sur le Nouvel ordre mondial - 24 octobre 2014

Le choc des civilisations selon Vladimir Poutine : nihilisme vs valeurs traditionnelles (VOSTFR)