dimanche 30 août 2015

L’Occident répand l’idiotie intellectuelle universelle


Par Andre Vltchek – Le 21 août 2015 – Source : CounterPunch




Andre Vltchek

Traduit par Diane, relu par jj pour Le Saker francophone

Est-ce qu’un dictateur pourrait désirer mieux ? La population entière de l’Empire, ou presque, pense maintenant de la même manière !

La population est instruite dans les écoles et le personnel des universités est composé d’enseignants et de professeurs soumis et lâches.

La population est informée par des centaines de milliers de journalistes et d’analystes serviles. Il n’y a pratiquement pas d’écart par rapport au récit officiel.

Félicitations, Empire occidental ! Tu as réussi là où d’autres ont échoué. Tu as obtenu une obéissance et une discipline presque absolues, une servilité totale.


Et encore mieux, la plupart des gens pensent réellement qu’ils sont libres, qu’ils ont le contrôle. Ils croient qu’ils peuvent choisir, qu’ils peuvent décider. Ils sont convaincus que leur civilisation est la plus grande civilisation que la Terre ait jamais connue !

***

Des dizaines de millions de personnes font la queue, volontairement, demandant à être instruits pour obtenir à la fin de leur cursus un de ces diplômes impériaux officiels. Ils veulent être acceptés, certifiés et loués par les dirigeants.

samedi 29 août 2015

Guerre sans merci au Yémen : les massacres saoudo-US se poursuivent (26-08-2015 – VOSTFR)


Bulletins d'information de la chaîne yéménite Al-Masira, 26 août 2015 (sous-titres français).



« En 5 mois [de guerre], le Yémen a été réduit à l’état de la Syrie après 5 ans », a déclaré Peter Maurer, le Directeur de la Croix-Rouge Internationale, le 19 août 2015.

Ces images difficiles, qui mettent des visages et des noms sur les innombrables victimes civiles, peuvent contribuer à donner une idée de l'ampleur des massacres indicibles que perpètrent quotidiennement les forces de la coalition saoudo-US contre la population du Yémen, avec une barbarie sans exemple dans l'histoire récente et qui éclipse même les crimes sionistes à Gaza, et de l'incroyable esprit de résistance du peuple yéménite malgré l'abandon de la communauté internationale.

La France hollandienne, terroriste et apatride, s'honore de participer activement, via ses armements éthérés et pacifistes, à cette « boucherie héroïque ».




Bulletin n° 1 :




vendredi 28 août 2015

La Russie et l'Islam, 7e partie : les échappatoires de M. Météo



Par Le Saker

Article original : http://vineyardsaker.blogspot.fr/2013/03/russia-and-islam-part-seven-weathermans.html

Source : http://lesakerfrancophone.net/russie-et-islam-acte-vii-les-echappatoires-de-m-meteo/

Traduit par Abdelnour, relu par jj et Diane pour Le Saker Francophone


Voir première, deuxième, troisième, quatrième, cinquième et sixième parties.


Au cours de cette triste période où j’ai travaillé comme analyste [dans les services de renseignements US, Note du Saker Fr] pour gagner ma vie, j’ai eu un patron qui insistait toujours pour que je lui fournisse plusieurs scénarios possibles. Il voulait que je lui dise : « Il pourrait se passer X ou Y, mais si cela ne se produit pas alors la scène probable sera Z. » Dans son esprit, les analyses réalisées par notre service ne pourraient jamais être erronées si l’on tenait compte de toutes les possibilités, et ses supérieurs ne pourraient que le considérer compétent et méthodique. J’ai toujours détesté cette façon de procéder.

A mon avis, ceci n’est pas différent de ce que fait le présentateur météo lorsqu’il annonce « une journée chaude et généralement ensoleillée avec quelques nuages et des averses possibles dans l’après-midi accompagnées de quelques orages ici et là ». Évidemment, ceci correspond à la description d’à peu près chaque jour en Floride, mais ça n’est pas vraiment une réussite pour un analyste qui, j’en suis fermement convaincu, devrait être payé pour faire des prévisions en fonction de ses connaissances et de son expertise, et non pour établir une liste de toute les possibilités. Je suis toujours persuadé que la vraie différence entre un véritable expert et un touche-à-tout ignorant réside dans le fait que le premier possède les moyens de faire une prévision juste, et pourtant je m'apprête à faire exactement ce que font les touche-à-tout que je déteste pour cette raison même: je vais mentionner des possibilités d’événements, quelques tendances générales, sans faire aucune prévision. Et je le ferai pour exactement les mêmes raisons que les touche-à-tout: je me sens tout simplement incapable de prévoir avec certitude ce qui va se produire.



Je peux, cependant, tirer quelques conclusions simples des faits énoncés précédemment, la plus importante étant que la Russie est dans une situation extrêmement instable et constamment en changement.

Pour éclairer mon propos, j’ai rédigé deux versions descriptives de la Russie moderne, qui bien qu’apparaissant au premier abord contradictoires ou même mutuellement exclusives, contiennent toutes deux une bonne dose de vérités factuelles.

dimanche 23 août 2015

Tel-Aviv-sur-Seine or the Munich spirit: chronicle of a shipwreck





By Sayed Hasan

Translated from French by Jenny Bright



See: Third-Reich-sur-Seine: the French collaborationist tradition

“You were given the choice between war and dishonour. You chose dishonour, and you will have war.” (Statement of Winston Churchill, after the Munich Agreement, denouncing the abandonment of Czechoslovakia by France and UK.)

The obscene project of the celebration of the terrorist state of Israel on the banks of the Seine, just a year after the latest massacre in Gaza, was conceived of in May 2015 by the mayors of Paris and Tel Aviv, and was prepared with the active support of French and Israeli governments. Revealed to the public one week before it would take place, scheduled as August 13th, 2015, it unleashed such a storm of indignation in France – political, media, society, etc. – that it quickly became clear that the atmosphere of this event would be rather explosive than festive. So that less than 48 hours before the event, a collective of organisations supporting the Palestinian people [1] was received by the Prefecture of Police of Paris, and was able to obtain a space immediately adjacent to Tel-Aviv-sur-Seine and of equal length to organize a similar event called Gaza-sur-Seine, at the same time as the project supported by the city of Paris.

What are the lessons to take from this memorable day?

By imposing a real balance of power, civic resistance was able to obtain, in record time, the equivalent of what had been planned for months at the highest levels in two capitals, and thus two states. Several factors must have come into play. For the police force responsible for the security of the event, it was certainly preferable to bring together the largest number of protesters in a confined and known space, rather than take the risk of seeing them arise on all sides and at all hours to disturb the “festive atmosphere” of Tel-Aviv-sur-Seine, ready to annoy the Paris mayor by greatly diminishing the scope of her privileged tribute to Israel – a just return for the security nightmare in which it had engaged them: a conflict of jurisdiction is not ruled out. Such disturbances arose all the same throughout the day, called for notably by  BDS [2] but were it not for Gaza-sur-Seine, it is certain that a significant number of the thousands of participants of this counter-event would have expanded their ranks.

lundi 17 août 2015

Tel-Aviv-sur-Seine ou l’esprit munichois : chronique d’un naufrage






« Entre la guerre et le déshonneur, vous avez choisi le déshonneur, vous aurez la guerre. » (Citation attribuée à Winston Churchill ; il l’aurait prononcée après les accords de Munich, pour dénoncer l’abandon de la Tchécoslovaquie par la France et lAngleterre.) 
  



Le projet obscène de célébration de l’Etat terroriste d’Israël sur les rives de la Seine, tout juste un an après le dernier massacre à Gaza, a été conçu en mai 2015 par les maires de Paris et de Tel-Aviv, et fut préparé avec un soutien actif des gouvernements français et israélien. Révélé au public une semaine avant sa tenue, prévue le 13 août 2015, il a déchaîné une telle tempête d’indignation en France – politique, médiatique, sociétale, etc. – qu’il est rapidement apparu que l’ambiance de cet événement serait bien plutôt explosive que festive. Si bien que moins de 48 heures avant sa tenue, un collectif d’organisations de soutien au peuple palestinien[1] a été reçu par la Préfecture de police de Paris, et a obtenu un espace immédiatement adjacent à Tel-Aviv-sur-Seine et de longueur égale pour y organiser une contre-manifestation nommée Gaza-sur-Seine, en même temps que le projet soutenu par la ville de Paris.


Quelles sont les leçons à tirer de cette journée mémorable ?

En imposant un véritable rapport de force, la résistance citoyenne a pu obtenir, en un temps record, l’équivalent de ce qui fut planifié durant des mois aux plus hauts niveaux de deux capitales, et donc de deux Etats. Plusieurs facteurs ont dû entrer en jeu. Pour les forces de police chargées de la sécurité de l’événement, il était certainement préférable de réunir le plus grand nombre de manifestants dans un espace connu et confiné, plutôt que de prendre le risque de les voir surgir de tous côtés et à toute heure pour troubler « l’ambiance festive » de Tel-Aviv-sur-Seine, quitte à mécontenter la mairie de Paris en amoindrissant considérablement la portée de son hommage privilégié à Israël – juste retour de bâton pour le cauchemar sécuritaire dans lequel elle les a engagées : un conflit de juridictions n’est pas à écarter. De telles perturbations se sont tout de même produites tout au long de la journée, notamment à l’appel de BDS[2], mais n’eût été la tenue de Gaza-sur-Seine, il est certain qu’un nombre non négligeable des milliers de participants à ce contre-événement auraient grossi leurs rangs.
  
Ainsi, il est démontré une nouvelle fois que l’action militante au service de causes justes peut produire des résultats spectaculaires qui peuvent égaler, parasiter, éclipser et même faire sombrer les efforts du plus puissant lobby français – le lobby sioniste – et de ses innombrables laquais aux plus hauts niveaux de la société civile et de l’Etat. Loin de constituer une célébration éthérée et outrageusement mensongère de l’Etat d’Israël, Tel-Aviv-sur-Seine a transformé le cœur même de Paris en un véritable camp retranché avec un énorme déploiement des forces de police, des routes bloquées, des obstructions à la circulation, des check points, etc., suscitant la colère légitime de bien des Parisiens (jai personnellement assisté à une violente altercation entre un cycliste et un gendarme, représentative à plus d'un titre). Il fallait attendre plus d’une demi-heure pour pouvoir accéder aux berges israéliennes, et se soumettre pour cela à une fouille minutieuse, si bien que même des journaux mainstream ont pu titrer « Tel-Aviv-sur Seine ? Non, Police sur Seine » (Le Point) ou « Plus de journalistes et de policiers que de vacanciers » (Le Monde). D’autant plus que juste à côté, Gaza-sur-Seine était rapidement accessible à tous, avec une ambiance bien moins tendue et bien plus festive que ne gâchaient pas les maints doigts d’honneur et autres provocations sionistes (signalons une lutte « épique » entre deux porte-drapeaux : tandis que le drapeau palestinien a flotté presque incessamment de 12h à 21h entre les mains d’un seul jeune franco-libanais, les Israéliens qui ont voulu se mesurer à lui ont tenu jusqu’à 4 minutes… ; il est vrai que face à un maître de kung-fu, l’hérésie krav-maga navait aucune chance). 

jeudi 13 août 2015

Abd-al-Malik al-Houthi: The Saudi barbarism identifies it to Israel and brings Yemen closer to Palestine





Speech of Abdel-Malik al-Houthi, head of the Yemeni resistance, July 10th, 2015, on the occasion of International Al-Quds (Jerusalem) Day, and the first day of the "truce" declared by the UN for the end of Ramadan



French translation from Arabic: http://sayed7asan.blogspot.fr/2015/07/abd-al-malik-al-houthi-la-barbarie.html

Translated from French by Jenny Bright



Transcription:

I seek refuge with God against the accursed Satan.

In the name of God, the Compassionate, the Merciful.

Praise be to God, Lord of the Worlds, and I bear witness that there is no God but God, the One, the Sovereign, the Truth, the Evident and I attest that our Master Muhammad is His servant and His Messenger, the Seal of the Prophets, may Gods Blessings and Salutations be upon him and his family, the good, the pure, and may God be pleased of his chosen and faithful companions.

Dear Yemeni people, my brothers and sisters, may Gods peace be upon you and His mercy and His blessings, and peace and salutations be upon the oppressed Palestinian people.

On this grand and blessed day, our noble Yemeni people celebrates, with all men free and worthy of the world, this beloved and momentous occasion, the International Al-Quds (Jerusalem) Day. Today, our Yemeni people hastens to celebrate this very important occasion for them and for all men free and worthy of the world despite the seriousness of their situation because of the ruthless aggression waged against them by the forces of evil, crime and tyranny, the Trinity of Evil incarnated by the US, the Saudi regime and Israel. Despite the cruelty of the living conditions of the people, despite the horror of the events and the magnitude of the tragedy, despite all this aggression and all the tyranny, arrogance, greed and oppression, our great Yemeni people has not forgotten this major, principal and original cause, namely the Palestinian cause. On the contrary, this aggression which Israel is behind, and which is headed by the United States, and which is executed by the criminal Saudi regime, the devil’s horn, has increased the dedication and commitment of our great Yemeni people to this cause, as well as its commitment and confidence in this cause for which it is fully aware of its responsibility, and is conscious of its importance and everything it represents. Palestine, in all that it represents for our people, and the holy sites of Islam it contains, the Muslim people who are an integral part of the (Islamic) Community, and its Arab and Islamic territory which is a fundamental part of the Arab territories, the Islamic territories.


And that is why our Yemeni people, who also became aware that Israel – they had already realized it in a very profound way, but they are even more lucid today about the fact that Israel is a danger to the whole region, for all Muslims, for all of humanity. Israel is a threat to security and peace in the world. Our people are eager to celebrate this occasion with a strong sense of responsibility, in defense of their humanity, in defence of their values, in defence of their ethics, and they thereby demonstrate their high moral character. They carry this great richness in terms of values, principles and ethics, which no one can deprive them of whatever they strive to do, and whatever the gravity of the crimes and the extent of aggression they perpetrate. Our Yemeni people, 107 days after the attack that saw nothing as inviolable and tried to destroy all things in this country, from fully able men to, children, women, youths, the elderly, all the necessities of life and all public services. But our dear Yemeni people only gain insight and lucidity, firmness in their principles and in their commitment to their values ​​and ethics, and awareness of their responsibility.

Third-Reich-sur-Seine: the French collaborationist tradition



By Sayed Hasan

Translated from French by Jenny Bright














On August 13th, 2015, Paris-plages (Paris-beaches) will become, for 12 hours, Tel Aviv-sur-Seine. A brilliant idea, and, let us not doubt, a very brave one on the part of the Socialist mayor of Paris, Anne Hidalgo. It is especially timely in that it commemorates the Israeli massacre in Gaza in the summer of 2014, in which more than 2,200 Palestinians were killed, including 551 children, and while the ashes of the Palestinian baby Ali Dawabcheh, burned alive by Israeli settlers, are still smouldering. It is true that this time, it was not white phosphorus, but simple Molotov cocktails, and they caused only two victims: one must definitely be blind not to see that Israel is really committed to a sane process of moderation in its Palestinian policy.


According to official voices, it is not a case of whitewashing the Israeli regime or becoming a mouthpiece for its propaganda, on the contrary : Bruno Julliard, the glorious Deputy Mayor of Paris, warned against “amalgams between the brutal settlement policy of the Israeli government and the city of Tel Aviv which is a progressive city, a symbol of peace and tolerance.” Indeed, this project would be nothing short of an initiative for peace, highlighting Tel Aviv not as the internationally recognized capital of Israel, and thus archetypal symbol of its policy, but rather, according to the words of Anne Hidalgo, as “a city open to all minorities, including sexual” (yes, the Palestinians who are not shot down or incinerated are expropriated daily, but homosexuals around the world do come there to celebrate the Gay Pride, is it not so? ...), and even nothing less than “the first opposition city in Israel... hated in Israel itself as such by all intolerants”, a statement as meaningless as it is grotesque. And it would be unfair, says Ms Hidalgo, to “make a city or population accountable to the policy of its government. It would be to scorn local democracy and thus democracy itself” – let us not mention the fact that more than 90% of the Israeli public supported the last operation against Gaza, or, in strictly rational terms, the very principle of international sanctions against a country, a supposedly democratic one to boot. Faced with such falsifications, such impudence, such contortionism and such abjection, words fail and nausea stirs in the heart. And from the elected officials, we can only find a semblance of refuge in this statement from Danielle Simonnet, Paris Councillor (Left Party), who denounced “the cynicism of the organization of such a day [that] reaches the heights of indecency”, calling for its cancellation or a radical modification of its program.


mercredi 12 août 2015

Troisième-Reich-sur-Seine : la tradition collaborationniste française

 
Par Sayed Hasan


 


Le 13 août 2015, Paris-plages deviendra, pour 12 heures, Tel-Aviv-sur-Seine. Une idée brillante, et, n’en doutons pas, très courageuse de la maire socialiste de Paris, Anne Hidalgo. Elle vient à point nommé pour commémorer le massacre israélien à Gaza durant l’été 2014, dans lequel plus de 2200 Palestiniens ont péri, dont 551 enfants, et alors même que les cendres du bébé Palestinien Ali Dawabcheh, brûlé vif par des colons israéliens, sont encore fumantes. Il est vrai que cette fois-ci, ce n’était pas du phosphore blanc, mais de simples cocktails Molotov, et qu’ils ont causé à peine deux victimes : il faut décidément être aveugle pour ne pas voir qu’Israël est réellement engagé dans une saine voie de modération de sa politique palestinienne.


Selon les voix officielles, il ne s’agit nullement de blanchir le régime israélien ou de s’en constituer un relais de propagande, bien au contraire : Bruno Julliard, le glorieux maire-adjoint de Paris, met ainsi en garde contre « les amalgames entre la politique de colonisation brutale du gouvernement israélien et la ville de Tel-Aviv qui est une ville progressiste, symbole de paix et de tolérance. » Car il s’agirait rien moins que d’une initiative en faveur de la paix, mettant en valeur Tel-Aviv non pas en tant que capitale internationalement reconnue d’Israël, et donc symbole par excellence de sa politique, mais bien, selon les mots d’Anne Hidalgo, en tant que « ville ouverte à toutes les minorités, y compris sexuelles » (certes, les Palestiniens qui ne sont pas abattus ou incinérés sont expropriés quotidiennement, mais les homosexuels du monde entier viennent y célébrer la Gay Pride, n’est-il pas ?...), et même rien moins que « la première ville d’opposition en Israël... détestée à ce titre en Israël par tous les intolérants », une affirmation aussi gratuite que grotesque. Et il serait injuste, poursuit Mme Hidalgo, de « rendre une ville ou une population comptable de la politique de son gouvernement. Ce serait mépriser la démocratie locale et donc la démocratie tout court » – ne parlons pas du fait que la population israélienne ait soutenu à plus de 90% la dernière opération contre Gaza, ou, sur le plan strictement rationnel, du principe même des sanctions internationales contre un pays, prétendument démocratique de surcroît. Face à de telles falsifications, une telle impudence, un tel contorsionnisme et une telle abjection, les mots manquent et la nausée soulève le cœur. Et du côté des élus, on ne peut trouver de semblant de refuge que dans la déclaration de Danielle Simonnet, Conseillère de Paris (Parti de Gauche), qui a dénoncé « Le cynisme de l’organisation d’une telle journée [qui] atteint les sommets de l’indécence », appelant à son annulation ou à une modification radicale du programme.


mardi 11 août 2015

Massacres et revers saoudiens au Yémen : l'Arabie Saoudite sur les traces d'Israël


Bulletin d'Al-Manar du 20 juillet 2015

Tant du point de vue de l'atrocité de ses crimes que des revers cuisants qu'elle subit, l'agression saoudienne, qui bénéficie du soutien total des Etats-Unis (ouvertement) et d'Israël (en coulisses), semble engagée irrémédiablement dans la voie de l'entité sioniste. De même, la Résistance yéménite marche, lentement mais sûrement, sur la voie du Hezbollah.

Sayed Hassan Nasrallah avait déjà évoqué, au sujet de la guerre de 2008 entre la Géorgie et la Russie, que les Israéliens avaient un haut degré d'expertise dans les défaites humiliantes, et qu'ils en faisaient bénéficier Tbilissi et quiconque voulait apprendre. Riyad s'est portée volontaire et en récolte les premiers fruits : les Saoud ont inextricablement lié leur rôle, leur réputation et leur destin à Israël. 

Traduction et sous-titres : http://www.sayed7asan.blogspot.fr




Transcription :



L'agression saoudo-américaine poursuit méthodiquement ses massacres au Yémen. Elle persiste à semer la mort sans relâche. A Saada, cela s'est manifesté dans un massacre atroce qui a fait plus de 20 victimes civiles, des femmes et des enfants pour la plupart, du fait de bombardements intenses sur le quartier résidentiel de Sadr, et la région de Maqna'.

Les massacres saoudo-américains se sont également étendus à la province de Ebb, à l'ouest du Yémen. Voici des images du massacre qui s'est produit il y a deux jours dans la sous-préfecture d'Irim. On compte plus de 13 victimes martyres, surtout des enfants et des femmes.

Mais tout cela n'a pas empêché l'armée yéménite et les Comités populaires de repousser les éléments d'Al-Qaïda et les forces de la coalition (saoudo-arabe) dans plusieurs régions. Dans la province de Lahj, l'armée yéménite et les Comités populaires ont infligé de lourdes pertes aux éléments d'Al-Qaïda et aux milices de Hadi au cours de combats intenses aux alentours de la base aérienne d'Al-Anad. Ils ont lancé des roquettes sur des bases militaires saoudiennes dans les régions de Jizan et Najran.

Mais le succès le plus éclatant de l'armée yéménite et des Comités populaires est d'être parvenus à contenir l'offensive « Flèche d'Or » dans la province d'Aden, lorsque les forces de l'agression et les milices de Hadi ont été empêchées d'avancer dans la ville d'Aden, sauf dans deux de ses rues où elles sont assiégées et se font assaillir. Exactement la même chose s'est produite dans la région de Khor Maksar et à l'aéroport d'Aden, où selon les dernières informations, l'armée yéménite et les Comités populaires ont établi une ligne de démarcation sur le terrain derrière laquelle les forces de l'offensive « Flèche d'Or » ont été repoussées, et leur mouvement a été dirigé vers des rues abandonnées après un déluge de feu qui a brisé le front de l'offensive ennemie dans les provinces les plus importantes et a fait échouer jusqu'au projet de prendre le contrôle de quelques rues d'Aden, alors que l'objectif de l'opération (saoudienne) « Tempête Décisive » était de prendre le contrôle de l'ensemble du Yémen.



Voir également :



De la Palestine au Yémen : honneur et déchéance du monde arabe

Discours de Abdel-Malik al-Houthi, chef de la Résistance yéménite

Yémen: Une Voix Dans Le Désert

Guerre sans merci au Yémen